[Avenir] Qu’est-ce qu’un Headless CMS ?

[Avenir] Qu’est-ce qu’un Headless CMS ?

 

Depuis plusieurs années, les CMS (Content Management System) ont le vent en poupe dans la création et la gestion de contenus de site web et de blogs. L’un des CMS les plus connus est WordPress. Ces solutions permettent de gérer du contenu facilement tout en valorisant le travail collaboratif. Ainsi, chaque membre ayant une autorisation particulière peut contribuer à la gestion ou à la rédaction de contenus. Cependant, le monde bouge à une vitesse telle, que cela tend à être de moins en moins suffisant.

En effet, les CMS traditionnels, bien que s’adaptant à tout type de navigateur, ne permettent pas d’afficher du contenu sur mobile de manière optimale. Par ailleurs, le développement des CMS traditionnels s’est fait dans un contexte où l’IoT (Internet des objets) n’était pas considéré comme un élément allant bouleverser nos quotidiens. Pourtant, selon le BCG, l’Internet des Objets à l’horizon 2020 constituera un marché d’environ 250 milliards d’euros. Pour répondre à ce bouleversement, un nouveau type de CMS a vu le jour : il s’agit du Headless CMS.

En plus d’avoir pour avantage de gérer le contenu de la même manière qu’un CMS traditionnel, il permet de le distribuer sur tous les types de canaux. L’API fournie avec celui-ci rend ainsi votre contenu disponible sur mobile, assistant virtuel, tablette et ce, sans avoir à effectuer une quelconque programmation. Un autre avantage considérable est qu’il s’inscrit dans une logique de cloud service. Ainsi, les Headless CMS attachent une importance particulière à la sécurité de vos données tout en bénéficiant des avantages du cloud.

 

Un CMS « sans tête »

Headless signifie « sans tête » en anglais. Celle-ci se réfère à l’interface. Ainsi, dans un contexte Headless, le système de gestion de contenu se retrouvera sans sa « tête », à savoir sans son interface. De là en découlera l’existence d’une API ainsi qu’une technologie de base permettant de stocker et de diffuser du contenu. La logique Headless permettra aux développeurs de mettre à disposition des utilisateurs du contenu en mode « Content As A Service », que l’on appellera CaaS. Il en résulte que le stockage et la distribution du contenu seront gérés par deux systèmes séparés. Voici les simplifications que l’on est en droit d’attendre d’un Headless CMS :

  • La simplification en termes de modélisation, de gestion et de création du contenu
  • L’amélioration de la collaboration et ainsi l’augmentation du flux de contenu
  • L’organisation et la gestion du stockage du contenu

Néanmoins, les plates-formes Headless sont dénuées de couches de diffusion Web contrairement aux CMS traditionnels. A la différence des Headless CMS, les CMS classiques comportent une contrainte en matière de langages de programmation. Ainsi, les Headless CMS offrent aux développeurs la main sur la forme du contenu fourni à l’utilisateur.
Dans une architecture Headless, vous pourrez ainsi intégrer n’importe quel code et utiliser votre langage de prédilection. Côté technique, un Headless CMS utilisera des requêtes API pour afficher votre contenu directement dans votre site Web. Il en résulte des coûts de maintenance plus faibles et une plus grande stabilité lors des mises à jour de sécurité.

 

Trois types de CMS selon les aspirations

On a vite fait de confondre CMS découplé et Headless CMS. Cependant, ils désignent deux notions différentes.

Le CMS traditionnel ou couplé

Lorsque l’on parle de CMS on parle bien souvent de CMS couplé. Dans ce contexte, le back-end et le front-end sont un bloc monolithique. Tous les outils de conception et de personnalisation des sites Web sont stockés dans le back-end là et les visiteurs eux, n’ont accès qu’au front-end. De nombreux CMS traditionnels tels que WordPress sont des CMS couplés. Un CMS couplé contient :

  • Une base de donnée pour stocker du contenu
  • Un back-end où l’on crée le contenu
  • Une interface pour afficher le contenu sur des pages HTML

CMS Découplé

L’architecture CMS découplée distingue la gestion back-end du front-end d’un site web. L’un des deux systèmes gère la création et le stockage du contenu tandis qu’un autre (ou plusieurs) a pour rôle la présentation de ces données à l’utilisateur via une interface. Dans un CMS découplé, ces deux systèmes sont hébergés séparément. Une fois le contenu créé au sein du back-end, des services Web et des API sont utilisés pour fournir le contenu. Même si les applications front-end et back-end fonctionnent indépendamment l’une de l’autre, l’architecture front-end est implémentée par un environnement de diffusion prédéterminé (tel que React ou React Native). De ce fait, les deux systèmes peuvent fonctionner de manière totalement coordonnée.

Par conséquent, dans un CMS découplé on a :

  • Une base de données où le contenu est stocké (cela se fait au sein du back-end)
  • Un back-end de gestion de contenu dans lequel le contenu est créé
  • Une API qui lie le back-end de gestion de contenu au front-end
  • Une interface de publication de contenu par défaut

Headless CMS

L’architecture découplée a en commun plusieurs avantages avec le Headless. Cependant, du fait de son absence de front-end par défaut, le Headless CMS offre une plus grande flexibilité pour publier du contenu via différentes plates-formes. De plus, contrairement à l’architecture découplée, la logique Headless vous permet de publier du contenu dynamique sur tout appareil connecté via IoT. Parmi les trois architectures de CMS, le Headless CMS confère le plus de liberté sur le mode d’affichage de votre contenu.

Par ailleurs, le fait que vous n’ayez pas de thème à disposition dans une architecture « sans tête » implique que vous êtes davantage proactif et à même de trouver votre propre « tête ». Les plates-formes Headless CMS sont généralement dénuées d’interface utilisateur permettant un aperçu de ce que vous souhaitez publier. Ainsi, vous n’aurez pas l’avantage de la visibilité et la prévisibilité qu’offre l’architecture découplée. C’est pour cette raison que les Headless CMS conviennent davantage aux entreprises ayant une équipe de développeurs expérimentée souhaitant utiliser leurs propres outils et frameworks.

Ainsi, on distingue trois types de CMS.

Tout d’abord, le CMS classique tel que nous le connaissons (WordPress, Joomla, Drupal etc..) qui permet de gérer et diffuser son contenu. En revanche, pour les développeurs souhaitant une plus grande personnalisation, les CMS traditionnels atteignent rapidement des limites.

Nous avons aussi le CMS de type découplé qui lui sépare la partie back-end du front-end mais qui prédestine à un front-end déterminé par avance.

Et enfin, le Headless CMS permet lui de mettre en place une partie front-end qui ne sera pas par défaut. Cela est un avantage pour les développeurs souhaitant une plus grande flexibilité dans leur partie front-end.

Sources :

https://www.actutem.com/liot-promis-a-un-avenir-radieux-jusquen-2025/
https://www.brightspot.com/blog/decoupled-cms-and-Headless-cms-platforms
https://www.keycdn.com/blog/Headless-cms

 

Partagez sur :

 

 

Besoin d’aide pour votre site web et son référencement ?
Contactez nous !

 

Politique de confidentialité

4 + 11 =

Previous

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This